créations

Accueil » recherche » Les cycles » Frontières et solitudes » créations » Stories

Stories

Création en 2021

Théâtre perfomatif

Une collaboration franco-belge : création de la cie Pardès rimonim (fr) et Stardust (bel)

ÉQUIPE


ÉCRITURE / Bertrand Sinapi , Amandine Truffy & Pierre Megos

MISE EN SCÈNE / Bertrand Sinapi

DRAMATURGIE / Amandine Truffy & Emmanuel Breton

JEU / Amandine Truffy & Pierre Megos

SCÉNOGRAHIE / Christine Gregoire

COSTUMES / Emilie Jonet

CRÉATION VIDÉO / Tonin Bruneton

CRÉATION LUMIÈRES / Clément Bonnin

ASSISTANT MISE EN SCÈNE / Alessandro De Pascale

CHEF OPÉRATEUR / Paloma Sermon-Dai

NOTE D'INTENTION ARTISTIQUE


Nous entendons et racontons des histoires tout le temps, tous les jours. Elles nous sont aussi naturelles que le langage lui-même. Nous n’éprouvons aucune difficulté à les comprendre, à les retenir ou à en inventer. Nous savons pertinemment que les autres font de même. Et pourtant, nous les croyons. Plus que le rire, ce serait cette capacité de générer des fictions qui serait le propre de notre espèce, comme le démontre l’historien Yuval Noah Harari dans son ouvrage Sapiens, une brève histoire de l’humanité

La fiction, c’est cette compétence toute particulière qui nous permet d’échafauder des plans, de naviguer entre ce qui est prévisible et ce que nous imaginons, de concevoir toutes les alternatives, même les plus improbables. Les religions, les structures politiques, nos mythes fondateurs, les systèmes monétaires sont en définitive des fictions et aucun autre animal ne serait prêt à abandonner un morceau de son territoire en échange d’un bout de papier, en échange d’une bonne histoire. Nos légendes, ce sont tout à la aaafois nos grands récits collectifs écrits par les vainqueurs successifs, les contes qui endorment nos enfants le soir et ce que nous nous racontons de nous sur nos pages facebook.

Les histoires ne sont jamais innocentes, le message qu’elles doivent transmettre est toujours soigneusement dissimulé à l’arrière-plan. Elles induisent (discrètement, mais sûrement) des visions du monde. Et donc des façons d’y agir et d’y prendre part. C’est par le récit que nous perpétuons les inégalités, que nous induisons l’impuissance acquise, décrédibilisons des discours. Mais c’est aussi le récit qui nous permet de réinventer le passé, le présent, l’avenir, de créer des mondes possibles à partir du monde que nous connaissons, de bousculer les normes. Il est la perpétuation du même ou le germe de la contestation.

Dans un joyeux chaos, Pierre et Amandine, au plateau, décortiqueront cette « maladie narrative » qui s’est emparée de notre espèce. Ils nous présenteront ses règles et sa grammaire, les outils qui la composent ; depuis La Poétique d’Aristote jusqu’au storytelling en usage même chez nos hommes politiques. Qu’est-ce qui oppose une bonne histoire à une histoire ratée ? Qu’est-ce qui constitue un bon western ? Une comédie ? Une tragédie ? Qu’est-ce qui fait un genre ? Comment fonctionnent ces histoires et comment manipule-t-on nos émotions grâces à elles ? 

Nous utiliserons un outil de prédilection de Pierre Megos, vite générateur de situations absurdes : l’incrustation en direct d’acteurs dans un film. L’usage du blue screen, présent sur la scène, permet d’incruster les performances live (et solitaires) des acteurs dans des films, qui s’offrent eux aussi en direct aux yeux des spectateurs. Là, les comédiens peuvent interagir avec d’autres personnages et se promener dans les lieux qu’ils imaginent - maquettes ou décors réels filmés en amont. Se montrent ainsi l’œuvre ET sa fabrication. On exhibe, dans le même temps, une illusion ET les moyens que nous utilisons pour la créer. Révéler nos codes et leurs conséquences sur le public (comme ceux des 3 unités, la catharsis…), c’est évoquer ce qui construit notre art du récit et se donner la capacité d’en jouer, de s’en amuser et que le public puisse s’en amuser avec nous… Et de là, ensemble, examiner nos propres responsabilités face aux récits que nous produisons dans nos théâtres. Que choisit-on de se raconter ? Qu’induit-on par là dans nos vies ? Cherche-t-on à renforcer nos mythes communs ? Ou à les briser ?  Et pourquoi, en définitive, nous nous racontons autant d’histoires ?

CRÉDITS DE PRODUCTION


PROJET CO-CONSTRUIT AVEC LA CIE BELGE STARDUST (dirigée par Pierre Megos)

En coproduction (en cours de négociation) avec la KulturFabrik (LUX), Scènes et Territoires en Lorraine (FR), l’Atelier 210 - Bruxelles (BEL), le théâtre municipal d’Esch-sur-Alzette (LUX), le Festival Festa de Ravenne (IT)

Avec le soutien de l’Agora/Ville De Metz, l’AMLI.